Inauguration du Parc du Peuple de l'Herbe

Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse de NOPIVALS (Non aux projets inutiles en Val de Seine). 

COMMUNIQUE DE PRESSE 16 juin 2017.

 

Le parc du Peuple de l’Herbe : « Pourquoi artificialiser et aseptiser l’environnement naturel » ?

Nos élus vont inaugurer le Parc du Peuple de l’Herbe le 24 juin prochain. Les objectifs du projet étaient d’offrir des espaces de vie alliant convivialité, préservation de la biodiversité et du paysage et de sensibiliser les populations aux problématiques environnementales.

Ces objectifs, comme ceux de nombreux projets portés par des élus, ne sont pas tout à fait respectés :

·         Rappelons tout d’abord que cet espace de 113 hectares était déjà un endroit boisé et accessible. Il n’y avait qu’à l’entretenir et y ajouter des éléments pédagogiques sur l’environnement. Mais voilà, nos élus se sont tournés vers une « artificialisation » et une « aseptisation » de la nature ce qui a conduit à détruire des centaines d’arbres séculaires. On dirait « que ça les gène de marcher dans la boue » !

·         Le coût de ce parc est passé de 16 à 25 millions €; chiffre exorbitant, auquel Il faudra ajouter des frais d’entretien qui se chiffreront en centaines de milliers € chaque année.

·         Cette « sauvegarde de l’environnement» sert de justification à nos élus pour « compenser » l’urbanisation dense du secteur (principe des mesures compensatoires*).

·         Nos élus ont aussi oublié dans leur COM de préciser que ce parc pourrait être un jour coupé en deux par le projet autoroutier A104 et adossé à un port industriel de traitement de déchets.

·         Surtout, Il aurait fallu que nos élus n’oublient pas l’impératif de lutter contre les ilots de chaleur urbain (températures estivales plus élevées en milieux urbains que dans les zones rurales  Environnantes). Ce problème de santé publique est soulevé dans le Plan régional santé environnement (PRSE-DRIEE). La variation de température entre rural/urbain peut aller de 2 et 12°C et s’avère dangereuse, plus particulièrement pour les enfants, nos ainés, les personnes allergiques… Plutôt que d’avoir sacrifié un espace boisé et artificialisé la nature, les élus auraient dû multiplier les petits parcs au sein du tissu urbain pour le bien-être et la santé des habitants.

Tenant compte de tous ces éléments, NOPIVALS apporte son soutien aux associations qui mobilisent le 24 juin pour manifester leur mécontentement sur le résultat final et le manque de moyens pour sécuriser ces 113 ha.

* Mesure en faveur de l'environnement permettant de contrebalancer les dommages qui lui sont causés par un projet et qui n'ont pu être évités ou limités par d'autres moyens (Journal officiel).